Quand est-ce que tu rentres en France ? - Laulinea à Montréal
24839
post-template-default,single,single-post,postid-24839,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.5,vertical_menu_enabled,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Quand est-ce que tu rentres en France ?

Cher lecteur, voici l’article le plus décousu et le plus personnel que tu pourras lire jusqu’à présent sur mon blog. Je ne sais même pas comment commencer. Alors voilà, je te balance ça comme ça et puis… On verra bien si je clique sur « publier ».
J’ai eu ma mère au téléphone il y a quelques jours. Et puis il y a eu une question à laquelle je ne m’attendais pas : « Tu comptes rentrer pour Noël ? ». S’en suivi mon « Non » spontané et auquel je n’avais pas vraiment réfléchi. L’été (indien) vient à peine de se terminer (et là, c’est sûr, il ne reviendra pas) et Noël c’est teeeellement loin… Le 15 décembre, on commencera à y penser.
C’est une des questions qui revient le plus souvent en tant qu’expatriée et je ne sais jamais trop quoi répondre au : « Et tu rentres quand en France ? ». Alors je réponds souvent que je n’en ai pas besoin pour le moment, et c’est vrai. Ça fait maintenant un peu plus d’un an que je suis à Montréal, et contrairement à une grande partie de mon entourage, je n’ai pas prévu d’aller en France pour les vacances.

Des vacances rares

Déjà parce qu’il faut des vacances, et qu’ici, les vacances c’est plutôt du luxe : 2 semaines par an. T’as intérêt à bien choisir où tu vas et à pas regretter. Dans mon esprit, venir vivre au Canada, c’était aussi découvrir l’Amérique du Nord. Je n’y avais jamais mis les pieds avant et c’était un de mes grands rêves. Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt d’ailleurs. Maintenant que je suis ici, je compte bien en profiter. Je n’ai pas envie de « gaspiller » mes vacances pour aller dans un endroit que je connais pas coeur. Je veux de la DÉCOUVERTE.
20140809-Chalet_week-end-316

Un budget conséquent

Et puis il y a aussi, le fait que Montréal-Marseille, ce n’est pas DU TOUT le même budget qu’Aix-Marseille (Je parie que tu t’en doutais !). Je l’ai mis en 2ème, mais c’est ma 1ère raison. Surtout qu’un billet d’avion, ce n’est déjà pas donné, mais à Noël, ton budget avion, pense à le doubler. Je compte proposer aux compagnies aériennes de faire des tarifs normaux pour les expats du monde entier, on serait bon client. Et dans le cas où tu envisagerais  quand même de vider ton compte en banque dépenser cette somme, n’oublie pas qu’en tant qu’expatrié, il faut tout anticiper des mois à l’avance. Il faut prendre ses vacances, réserver les billets, économiser, faire garder les chats (ou ton chien, ton lapin, ton rat…) et prier pour qu’Air France ne soit pas en grève (1 chance sur 2, j’espère que tu as de la chance dans la vie !).
Et pourtant aujourd’hui je me dis que je serai bien rentrer en France pour Noël. Surtout quand je repense à mon dernier Noël en famille : en Corse, il y a 2 ans, en tee-shirt sur la terrasse, à prendre le soleil.
20121226-Ajaccio-966 20121222-Ajaccio-047

Alors pourquoi je n’ai même pas pensé à passer des vacances en France ?

Je crois tout simplement parce que ma vie est ici. Je vis au rythme de Montréal, des évènements… J’ai des amis, qui pour la plupart, vivent les mêmes choses que moi. J’ai des activités qui me correspondent mieux, notamment les sorties photo et surtout, je profite car je ne sais pas combien de temps je resterai ici. J’aime l’équilibre que m’apporte la vie à Montréal. (J’ai écrit un article sur les 10 choses que j’aime à Montréal si ça t’intéresse.)
En France, ma vie me convenait bien sûr, mais pas tant que ça, sinon je ne serais pas partie. Après les études, j’ai trouvé un boulot dans une agence qui me prenait TOUT mon temps. Je mangeais boulot, je sortais avec le boulot et je rêvais même du boulot. J’avais peu de temps pour les amis avec qui on s’était pourtant juré de continuer à se voir après notre diplôme. Certains partent à Paris ou ailleurs, d’autres fondent une famille. On se prend vite à la routine métro (embouteillage), boulot, dodo et on organise même moins de fêtes. Bref, on se voit moins qu’avant. C’est pas qu’on s’aiment plus, c’est la vie.
Pourtant, même si j’ai trouvé un certain équilibre ici, je l’aime mon pays. Je l’aime encore plus depuis que je suis partie. Je comprends enfin ce que c’est que d’être Française. C’est en dehors de notre pays qu’on se rend compte de nos différences, que ce qui semble nous normal, peut être en fait un trait culturel.
Un exemple concret (et pas valable dans tous les cas, notamment s’il y a peu d’employés) : Dire bonjour le matin à tes collègues. En France, il est impensable de rentrer au bureau et de s’asseoir sans faire la bise à toute l’équipe. C’est bien relou, mais c’est la politesse. Ici, tu peux passer à côté d’un collègue sans même un regard. J’avoue que ça a été assez troublant pour moi au départ et j’étais assez contente d’avoir un collègue français pour m’expliquer que non la personne n’avait rien contre moi, mais au contraire : il respecte ta bulle (et la sienne). Considérer que ce n’est pas de l’impolitesse, c’est accepter l’autre culture. Ce n’est pas mieux, ni moins bien. C’est juste différent. Par contre, la personne peut te dire bonjour à chaque fois qu’elle engage la conversation, même si elle t’a parlé il y a 30 minutes.
20131124-Mont-Royal-075

Le manque de la France

Tu vas croire que ma vie est devenue parfaite en partant d’un pays où on ne parle que de crise et que rien ne me fera revenir. C’est sûr que l’ambiance générale, les infos plus négatives les une que les autres ne me manquent absolument pas. Mais il y a pourtant des trucs tout bêtes qui me manquent : la mer et la bouffe. Oh oui la nourriture française me manque tellement !! Je n’en peux plus de manger des fast food ou des plats tout prêt. Je n’aime pas la viande fumée ni le bacon qu’on ajoute PARTOUT. J’ai pris je ne sais pas combien de kilos (je ne vais pas me peser, je ne suis pas suicidaire). Tout ce que je mange est gras ou sucré. Je n’ai plus de repère culinaire (rapide – pas cher – bon). Alors, on me dit qu’il faut cuisiner pour bien manger, mais moi je déteste ça. Je ne comprends toujours rien au rayon du supermarché et je déteste faire les courses !
Putain que ça fait du bien de râler.
Et ça aussi ça me manque : râler ! Ici les gens ne « chialent » pas, c’est mal vu. Ça me frustre. Je suis une personne positive, j’ai tendance à voir le verre à moitié plein (même si c’est après coup), mais critiquer et râler, ça fait parti de nous, Français. C’est simple, tu demandes à un Français comment s’est passé son week-end, il va te répondre : « Super, mais il a plu et puis y’avait ça… mais c’était cool. » On glisse toujours des petits ennuis pour que ce soit intéressant. Comme les journaux en fait (Aaah je comprends mieux). Demande la même chose à un Québecois, il va te dire « C’était le fun ! » Point. Ouais juste ça. Essaye de relancer la discussion maintenant !
Alors il y a des jours où ce n’est pas facile. Je suis devenue hypersensible, j’ai déjà réussi à pleurer sans même savoir pourquoi. Il y a des jours où je me sens comme une étrangère (genre une qui n’arrive pas à s’intégrer), des fois où j’ai envie de voir la mer, de passer Noël en Corse, d’aller à l’anniversaire de ma petite cousine, d’aller boire un verre à l’Escale Borely et d’acheter un jambon beurre dans une boulangerie.

Mais, il y a trop de jours où je m’extasie de ce qu’il y a autour de moi. Alors le manque, il est pas encore assez grand pour que je réponde à la question : « Quand est-ce que je rentre en France ? ».

 
Allez je clique.
Sois gentil, fais moi un coucou !
20131010-TenOnTen-135

Post a Comment

49 Comments
  • Jeanne

    17/08/2015 at 12:27 Répondre

    Coucou,
    Je viens de découvrir ton blog, et en tant qu’expat je tenais à réagir 🙂
    J’ai passé 13 mois à Dublin (dont une partie en erasmus) je suis tombée amoureuse de cette ville (malgré une météo peu clémente) et comme toi je ne ressentais pas du tout le besoin de rentrer.
    Cette fois je suis en stage depuis 5 mois à Londres et bizarrement, j’ai hate de rentrer (étrange me diras-tu ^^) je ne sais pas trop pourquoi au fond, mais la France me manque, la nourriture Française me manque ^^ (obviously). Je pense que selon l’endroit on se sent plus ou moins chez soi. Cela dit, après mes études j’espère avoir l’occassion de repartir et encore plus loin cette fois là ! 🙂
    En tout cas le canada ça doit être chouette. Profites-en bien !

    • Laulinea

      18/08/2015 at 17:54 Répondre

      Salut Jeanne !
      Merci pour ton retour d’expériences 🙂
      Je ne sais pas si c’est le lieu où on est, où le temps loin de chez soi qui joue ! Peu après avoir écrit cet article, j’ai ressenti le besoin de rentrer en France, mon pays m’a manqué comme jamais ! Maintenant ça va mieux, mais je pense quand meme trop souvent à la France 🙂
      Bonne journée et bienvenue sur le blog !

  • Ophélie G.

    19/05/2015 at 13:51 Répondre

    Je me reconnais tellement dans ce que tu écris ! Mon expérience est différente, j’habite en Angleterre et si jamais c’est vraiment nécessaire, l’aéroport de Londres n’est pas loin. Ceci dit, j’ai la nette impression d’être plus heureuse ici. Certes, la vie n’est pas parfaite et ne le sera jamais. Pourtant, de l’autre côté de la Manche, j’ai vraiment l’impression d’exister, d’être moi.
    (Je crois que je vais inonder ton blog de commentaires, tu m’en vois navrée :p). xx

    • Laulinea

      19/05/2015 at 15:34 Répondre

      C’est aussi tentant l’Angleterre, bien que mon anglais soit minable lol… Depuis combien de temps y vis-tu ? Pendant plus d’un an, je n’ai pas eu envie de rentrer en France, mais après, comme tu le sais, ça a fortement évolué 🙂
      Mais je t’en prie : inonde !! :))

  • emilie

    13/05/2015 at 15:50 Répondre

    Tout d’abord Bonjour,
    Ton article est génial, il me donne encore plus envie que jamais de venir habiter dans cette si belle province (j’en rêve depuis petite bon j’ai 25 ans oui ce n’est pas si loin).
    Nous avons enfin commencé à entamer les démarches pour venir.
    Nous hésitons encore entre Montréal et QC. Mon chéri a habité 1 an à QC et moi 2 semaines à Toronto pour un stage d’anglais et puis visité pendant une autre semaine Niagara, Mtl et QC.
    Ton blog est ma carte postale de l’endroit rêvé.
    Bonne continuation !

    • Laulinea

      13/05/2015 at 16:41 Répondre

      Bonjour Emilie,
      C’est vrai que Mtl et Qc sont 2 chouettes villes, mais totalement différentes ! Vous pouvez visiter les 2 pour voir où vous vous sentez le mieux 🙂
      Bon courage en tout cas !

  • Inès - De routes en roots

    14/01/2015 at 16:53 Répondre

    Très bel article qui retrace la réalité de l’expat! On apprécie ta sincérité 😉 En tout cas, on te souhaite de continuer tes aventures comme ça!

    • Laulinea

      25/01/2015 at 01:46 Répondre

      Merci beaucoup pour ton tes messages Inès 🙂

  • Je découvre ton article sur le tard, mais il me touche beaucoup, en tant qu’expat qui s’est baladée à Montréal six mois, mais qui est surtout partie de la Suisse vers la France.
    C’est toujours le dilemme quand je prends des vacances, et comme toi,
    « Je n’ai pas envie de « gaspiller » mes vacances pour aller dans un endroit que je connais pas coeur. Je veux de la DÉCOUVERTE. »
    …mais je me sens terriblement coupable si je ne vais pas voir ma famille et mes amis et que je préfère partir vers de nouveaux horizons. Alors j’essaie d’alterner. Heureusement en Europe tu peux faire des week-ends prolongés 😉 mais ça me pèse souvent ce dilemme.
    Et aussi… l’autre point où je me suis reconnu:
    « Je l’aime mon pays. Je l’aime encore plus depuis que je suis partie. Je comprends enfin ce que c’est que d’être Française. C’est en dehors de notre pays qu’on se rend compte de nos différences, que ce qui semble nous normal, peut être en fait un trait culturel. »
    J’ai la même impression avec la Suisse. C’est en partant dans un pays tout proche, la France, que je réalise ce que c’est d’être suisse. Je me sens plus suisse que jamais ici, et pourtant je me sens tout à fait intégrée et chez moi à la fois. Du coup je trouve un peu injuste quand je rentre, les gens qui me prennent un peu pour une « déserteuse ». Mon pays je l’aime toujours autant, et je ne suis pas partie par dédain mais par envie d’ailleurs, par curiosité! 🙂
    Merci pour ce bel article! Je vais le partager.
    Des bises depuis Montpellier

    • Laulinea

      25/01/2015 at 02:51 Répondre

      Merci pour ton commentaire ! Ça fait plaisir de voir qu’on est pas la seule à ressentir tout ça… La vie d’expat n’est pas un long fleuve tranquille !
      Enfin, j’aimerai bien être en Europe, c’est quand même plus pratique pour voir sa famille 🙂
      Bises Montréalaises 🙂

  • Melie

    06/01/2015 at 14:16 Répondre

    Ton Blog est Vraiment super!
    Je suis de St Rémy et suis arrivée sur Montreal fin Aout =)
    L’envie de rentrer n’est pas là encore =)
    Je voulais juste te demander comment as-tu pu rester une deuxieme année? ( c’est ce qui me stresse le plus: l’obligation de rentrer en France! )
    Bonne continuation en tout cas =)

    • Laulinea

      25/01/2015 at 01:45 Répondre

      SAlut ! Merci pour ton commentaire 🙂
      Je suis là en JP maintenant (jeunes professionnels), tu peux trouver toutes les infos sur pvtistes.net 🙂

  • […] Laulinéa, expat à Montréal m’a beaucoup émue avec un article sur son expatriation, ses proches, son « manque de France » et la question récurrente que l’on lui pose : « Quand est ce que tu rentres en France ?«  […]

  • j'ai ecrit

    13/11/2014 at 15:07 Répondre

    Quatrième expatriation, certaines a plus ou moins long terme. J’ai eu la même question cette année, tu rentres a Noel, et la même réponse que toi, pour les mêmes raisons, pas assez de temps, clairement trop d’heures d’avion pour si peu de jours, le prix aussi; et j’ai peur aussi de ne pas vouloir repartir. Non pas que je me plais pas ici, tout se passe bien, mais repartir après Noel, après les fêtes de fin d’années, les réunions avec famille et amis … mouais. J’aime mon pays, j’aime la France, j’aime le confort qu’elle nous propose, certains aspects me manquent mais j’ai recréer des repères ici, pour combien de temps, je ne sais pas, j’ai la bougeotte et mon « boulot » est axé sur l’international. Il y a toujours des hauts et des bas, des bas un peu plus bas que ceux qu’on aurait eu en France car les bras de maman, les épaules des copines sont un peu loin, mais on apprend, beaucoup, vite et on vit a 300 a l’heure aussi. Une des raisons pourquoi j’aime tant bouger et pour découvrir les autres, les cultures.
    Mais je suis d’accord, il est souvent plus facile de partir que de rester. Bises

    • Laulinea

      13/11/2014 at 19:01 Répondre

      C’est exactement ça, et tout est exacerbé dans son nouveau pays, les joies comme les peines 🙂
      Bon courage à toi aussi alors !
      4e expatriation, wahou !

  • CindyChou

    23/10/2014 at 22:40 Répondre

    Ohlala comme je te comprends! C’est très difficile d’expliquer à nos amis et notre famille ce que l’on ressent. Et la plupart du temps, ils ne nous comprennent paset nous en veulent… mais on s’en fout! On est trop bien ici 🙂

    • Laulinea

      03/11/2014 at 01:49 Répondre

      Pour ma part personne ne m’en veut, mais c’est pas facile tous les jours quand même 🙂
      C’est aussi ce qui douter de temps en temps… 🙂

  • elPadawan

    18/10/2014 at 17:09 Répondre

    « Quand est-ce que tu rentres? », la phrase qui sous-entend « tu nous manques, un peu, quand même ». Ou bien « T’en as pas encore marre? Quand est-ce que tu vas te rendre compte que partir c’était une erreur et que la France c’est tellement mieux? ». Je l’ai entendu, cette question. Quand je suis parti au Canada. Puis quand j’ai déménagé pour la République Tchèque. Une question pleine de sous-entendus. Qui veut aussi dire « je sais que c’est difficile pour toi de rentrer, et c’est aussi difficile pour moi de venir, donc par défaut, c’est à toi de faire l’effort pour venir *me* voir ». Une question qui peut chercher à te culpabiliser, et qui est pour moi plus égoiste encore que ta décision de partir. Ta famille devrait être heureuse que tu aies eu une opportunité pareille. Que tu puisses t’épanouir en découvrant une autre culture, que tu puisses ouvrir tes yeux comme seul un-e voyageur-se peut le faire. Ne laisse personne te culpabiliser d’être partie ou te faire croire que c’est un acte égoïste. C’est un acte qui t’est nécessaire pour ton propre épanouissement. Et si tu manques à tes parents, ils peuvent toujours te rendre visite. Un enfant expat, c’est aussi l’occasion pour les parents de voir du pays et de voyager, pas besoin d’hôtel à destination 🙂

    • Laulinea

      03/11/2014 at 01:47 Répondre

      Pour le coup, je pense que ma famille est vraiment contente pour moi, même si ça peut ne pas être facile pour eux. Mais j’ai toujours eu beaucoup de soutien, et j’ai de la chance de ne pas avoir une famille « culpabilisatrice », mais plutôt fière 🙂 Je pense juste que j’arrive à me culpabiliser toute seule. Mais je te rassure, pas tous les jours 🙂

  • Hajar

    16/10/2014 at 02:59 Répondre

    J’ai adoré lire ton article! ça fait plus de 4 ans que je vis à Montréal et je me sens chez moi ici. Ce qui me semblait un peu étrange au début m’est devenu familier à présent. Merci d’avoir partagé ça avec nous! 🙂
    bisous

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:31 Répondre

      Merci pour ton message 🙂 Bonne journée à toi ! 🙂

  • Mel's way of life

    15/10/2014 at 11:29 Répondre

    Il est tellement beau cet article, on sent qu’il vient du coeur!!
    Tu as raison de profiter de ta vie là-bas, tu auras tout le temps pour les choses à la française quand tu seras revenue en France… mais c’est normal que tu manques à ta famille aussi 😉
    Profites bien ! et mets toi à cuisiner, c’est pas difficile et on devient vite accro !!
    Bisous

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:33 Répondre

      Merci Mel !
      Oui c’est ce que je me dis aussi…. si je reviens en France ! 🙂
      J’aimerai tellement être accro à la cuisine !! Faudrait peut-être que je lui trouve un intérêt, avec le blog peut-être ! 🙂
      Bisous

  • le bazar de Chloé

    12/10/2014 at 21:08 Répondre

    J’aime beaucoup ton article! je n’ai jamais été expatrié mais j’y pense l’idée me trotte dans la tête dans la tête depuis un petit moment. Je finis mes études à la fin de l’année alors c’est peut être le moment (ou peut être pas), je fais la girouette!
    On verra bien si une occasion se présente!
    Belle soirée à toi!

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:34 Répondre

      Merci Chloé pour ton message. Je crois qu’il n’y a pas meilleur moment que la fin de ses études pour partir quelques mois, vraiment !! 🙂
      Bisous

  • chapeau Louchio

    12/10/2014 at 15:15 Répondre

    Très intéresse ton article ! à la question « quand rentres -tu en France tu réponds  » alors je réponds souvent que je n’en ai pas besoin pour le moment,  » OK et tes parents eux en ont-ils besoin ? je n’ai pas revu ma petite famille du Chili depuis plus d’un an ou ma fille à décider d’aller s’installer là-bas avec son compagnon et leurs fils, elle aussi quand je lui pose la question tu viens pour Noël la réponse et  » non je ne peux pas financièrement  » et les vacances ne sont pas pour le moment je travaille  » et pour moi c’est la même chose, cela est vraiment très compliqué les billets d’avion sont très cher
    C’est certainement enrichissant de s’expatrier mais cela demande beaucoup de sacrifices pour vous et nous la famille

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:38 Répondre

      Merci pour ton message Chapeau Louchio 🙂
      Effectivement, ton commentaire m’a fait voir les choses autrement ! Je n’avais pas vu les choses sous cet angle, et c’est vrai que c’est un peu égoiste de notre part de partir et de tout laisser derrière. C’est notre décision, et même si pour ma part, tout le monde est content pour moi, je n’ai pas pensé aux sentiments des autres…

  • Maman

    12/10/2014 at 12:48 Répondre

    Scotchée!! Je suis toujours aussi éblouie par tes articles mais là, t’as vraiment fait fort. Super et bravo!!

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:38 Répondre

      Je ne pensais pas qu’il te plairait autant 🙂
      Bisous <3

  • Lucie

    10/10/2014 at 20:39 Répondre

    Comme je comprends ton point de vue: on vit ailleurs, on a nos habitudes, nos amis…moins de jours de vacances et on se ruine en billets d’avion (d’ailleurs l’idée du tarif expat est à creuser je pense!). Je ne suis qu’au Royaume Uni donc pas si loin mais je ne rentre que 2 fois par an, et encore c’est parce qu’on me reprochera de ne jamais rentrer si je ne le fais pas. C’est difficile de faire comprendre sa à sa famille, ils ont du mal à voir les contraintes que ça engendre pour un expat. Et peut-être qu’ils ont aussi du mal à accepter qu’on s’éclate ailleurs? 🙂

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:59 Répondre

      Merci pour ton message Lucie !
      C’est génial d’être au Royaume-Uni, tu peux même rentrer juste un week-end si tu veux !
      Mais oui, difficile de se partager entre sa « nouvelle vie » et ses racines !

  • sébastien

    10/10/2014 at 20:32 Répondre

    bel article, tu as bien fais de le publier 🙂
    et je pense que tu as raison de vouloir profiter de cette nouvelle vie à Montréal. En plus si tu n’y avais même pas pensé c’est vraiment que tu es bien là-bas, alors restes-y ! 😉
    Je pense que je ferais la même chose d’autant que pour moi les fêtes de fin d’année c’est pas trop ma tasse de thé. J’aime bien l’ambiance, les lumières et tout ça mais pas trop les réunions de famille.
    Et puis comme tu dis, Air France est bien souvent en grève pour la fin d’année !
    Sinon ça doit être le fun d’entendre personne râler ^^
    Bon weekend !

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:57 Répondre

      Merci Seb !
      Ahahah oui c’est bien fun de ne plus entendre râler, puis ça nous oblige à râler moins aussi 🙂
      Moi j’adoore Noël, mais je préférais quand j’étais étudiante, au moins j’avais le temps de le voir venir. Avec le travail, il n’y a limite plus l’attente de Noël, je trouve ça moins féérique !
      Bon week-end 🙂

  • thebohochild

    10/10/2014 at 20:03 Répondre

    maintenant que je vis ici, je comprends tellement ce que tu veux dire. pourtant, comme toi j’aime mon pays et beaucoup de choses me manquent, mais je ne sais pas, ici j’ai l’impression d’avoir trouvé ma place. ton article est très beau, merci d’av oir partagé ça avec nous.

  • My Little Discoveries

    10/10/2014 at 18:44 Répondre

    Joli billet, tu as bien fait de cliquer sur « publier »! 😉
    J’ai vécu 6 ans en Angleterre, certes ce n’était pas aussi loin de la France que Montréal et donc aussi cher pour rentrer, mais les vacances comme le budget étaient limités et au final comme toi je n’en éprouvais pas forcément le besoin. Je l’ai fait à chaque fois au moment des fêtes de fin d’année, mais j’avoue que souvent je me suis forcée… Je crois qu final que c’est positif, quand ta vie est ailleurs c’est normal que tu aies envie d’y rester 😉 Profite bien de ton pays adoptif!

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:54 Répondre

      Merci pour ton message 🙂
      L’Angleterre ça me tenterait bien aussi ! (bien que je n’y ai jamais mis les pieds). Je me demande si le fait d’être plus près géographiquement nous donne l’impression d’avoir moins de manque. Le fait d’être accessible rapidement si on veut est un sacré avantage…

  • plus belle new york

    10/10/2014 at 16:16 Répondre

    Très bel article qui nous fait partager les sentiments d’une expatriée. Tu n’as pas à culpabiliser de ne pas vouloir rentrer en France, il faut profiter de ta vie au Canada, je te comprends. Il y a surement tellement de choses à découvrir sur le continent américain, profites à fond de ce que la vie t’offre. Tu auras tout le temps de retrouver Marseille et l’Escale Borely….je suis marseillaise aussi. Ta famille j’imagine qu’elle comprend aussi.

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:51 Répondre

      Oui y’en a des choses à voir, c’est un nouveau monde pour moi !! J’adore ça !
      Merci beaucoup pour ton message 🙂

  • Cassonade

    10/10/2014 at 14:23 Répondre

    C’est la même chose pour nous ! La famille en attente de nous voir le plus souvent possible, et le dilemme d’avoir envie de voir autre chose que la France pendant les vacances. Et quand nous faisons le choix de rentrer voir la famille, pas grand monde n’est capable de comprendre que ça nous ennuie de rentrer en France (même si on est bien contents de revoir du monde)…

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:50 Répondre

      Ah ben ça me rassure un peu de voir qu’on vit la même chose !
      Merci pour ton message 🙂

  • Melle Blanche

    10/10/2014 at 11:37 Répondre

    Tu peux rentrer avant ou juste après Noël comme ça tu ne flingues pas ton budget.
    Et quelle que soit la date, ce sera Noël dans le coeur de tes proches.

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:46 Répondre

      Oui c’est vraiment pas bête ça ! Je vais y penser 🙂
      Bonne journée !

  • Marie

    10/10/2014 at 11:12 Répondre

    Tu as raison d’avoir cliqué! Ton article est beau et je suis sure qu’avoir mis les mots sur ce que tu ressentais t’a fait du bien ^^ 🙂
    Profite de Montréal tu as tant de choses à voir, sans culpabiliser. Je suis d’accord avec Marie-Charlotte , écoute ton coeur après tout 😉 Et continue de nous faire rêver avec tes sorties photos <3

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:48 Répondre

      Merci beaucoup Marie !
      Dur dur de ne pas culpabiliser quand on vit ailleurs, je culpabilise quand je sors pas assez et que je ne profite pas, je culpabilise de ne pas avoir envie de rentrer. Au final je me demande si je ne suis pas un peu trop exigeante… Tu soulèves un bon point 🙂
      Bisous

  • Marie-Charlotte

    10/10/2014 at 10:52 Répondre

    très bel article ultra touchant ! Lorsque j’étais « Berlinoise » le temps d’une année, c’était la première fois de ma vie que je me sentais « Française ». J’ai aimé ma vie à l’étranger en Allemagne ou au Québec, mais cette impression d’être étrangère m’a poussé à revenir et à finalement m’installer pour de bon en France. J’admire les gens qui quittent TOUT pour construire une nouvelle vie ailleurs, un pays qu’ils ne connaissent pas et qui en plus parfois leur fait ressentir qu’ils ne sont pas les bienvenus. Le plus important (et ça va être un peu niais ^^) est d’écouter ton coeur, et ça se fera tout naturellement 😉 En tout cas, si tu reviens en France un jour, passe par Paris me faire un coucou 😉 Bisous

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:45 Répondre

      Merci beaucoup Marie-Charlotte 🙂
      Oui c’est vrai que moi aussi je me demande comment font les gens qui sont sûrs de faire leur vie ailleurs. Moi je me pose pleins de questions, je suis pleine de doute, et les journaux français ne sont pas là pour me réconforter 🙂
      Si je rentre en France, j’ai bien peur de devoir habiter à Paris pour le boulot… J’aime bien Paris, mais y vivre… je ne sais pas ! Est-ce qu’il faut être Parisienne pour supporter Paris ?
      Bisous 🙂

  • Virginie

    10/10/2014 at 06:10 Répondre

    Tres bel article! Je me retrouve dans tout ce que tu y écris, je suis moi-meme francaise ayant vecu plusieurs annees a Montreal et maintenant je vis en Californie. Tous ces sentiments partagés, mêlés parfois, que l’on a en vivant a l’étranger loin de notre famille, je les connais tres bien. Mais comme toi, tout ce que m’apporte ma vie a l etranger pese davantage dans la balance au final 😉

    • Laulinea

      17/10/2014 at 14:41 Répondre

      Oh wahou ! Depuis que je suis allée à San Francisco, la Californie m’attire énormément… Mais c’est encore plus loin de la France lol !
      C’est ça ce sont des sentiments contradictoires en plus, on est content et triste à la fois, aaah c’est pas tous les jours facile la vie d’expat, j’ai l’impression qu’il ne faut pas regarder en arrière pour ne pas être nostalgique !