Le travail - Mon parcours France VS Québec - Laulinea - Blog Photographie et expatriation à Montréal
27181
post-template-default,single,single-post,postid-27181,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.5,vertical_menu_enabled,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Le travail – Mon parcours France VS Québec

Le travail en France VS Québec, est-ce si différent ? Quelles sont les conditions de travail de l’autre côté de l’océan ? Mon parcours de designer graphique à Montréal.

Ça va faire bientôt 4 ans que j’ai quitté la France pour le Québec. Régulièrement vous me demandez s’il y a du travail à Montréal, si c’est vraiment plus facile qu’en France d’en trouver… Alors aujourd’hui, je vous raconte mon parcours d’expérience professionnelle en France VS Québec ! Cet article se se résume à ma propre expérience et tout peut se passer très différemment d’une personne à une autre.

Designer graphique

Je suis graphiste et je travaille en agence depuis 2010. Comme en France et comme partout j’imagine, c’est avec son portfolio qu’on postule. Contrairement à la France, au Canada, le CV ne contient pas de photo, ni d’infos personnelles (âge, statut marital, enfant…). 

Le travail en France VS Québec, est-ce si différent ? Quelles sont les conditions de travail ? Mon parcours de designer graphique à Montréal

Chercher du travail – France VS Canada

Est-ce plus facile de trouver du travail au Canada qu’en France ?

Je crois qu’il est impossible de généraliser. Pour ma part, dans un cas comme dans l’autre, je n’ai pas cherché très longtemps, quelques semaines tout au plus.

FRANCE

À la fin de mes études, j’ai cherché une entreprise pour faire un contrat en alternance et la toute première agence que j’ai rencontré à Aix-en-Provence a accepté. Puis à la fin de l’année, j’ai été embauché. Ça a été deux années très enrichissantes, que j’ai adorées et qui m’ont épuisées. J’ai donc décliné le CDI qu’on m’offrait à cette époque-là.

J’avais trouvé une autre agence, à Aix-en-Provence aussi. J’y suis restée peu de temps, car malgré leur accueil, le travail manquait. Heureusement, je travaillais à mon compte en parallèle ce qui m’a permis de retomber sur mes pieds. C’est à cette période que le projet du Canada s’est dessiné. J’ai donc préféré continuer en freelance pendant les mois qui suivaient pour préparer mon départ en PVT. Et même si cette dernière agence est revenue vers moi quelques mois plus tard avec un CDI aussi, l’envie d’aller voir ailleurs était devenue trop forte !

Même si l’offre dans le sud de la France est limitée paraît-il, j’ai eu la chance de trouver deux agences rapidement et qui me plaisaient. J’avais pour projet d’aller à Paris à la fin de mes études si je ne trouvais pas d’emploi dans le sud, mais ça n’est finalement jamais arrivé.

marseille, france, cagole

CANADA

Là encore, j’ai trouvé du travail quelques semaines après avoir envoyé mes premiers CV. J’ai rencontré deux agences. La première m’a proposé du travail en freelance, qu’elle ne m’a jamais payée. La boîte avait apparemment quelques problèmes de survie puisqu’elle a fermé quelques temps après. Et la deuxième me proposait un remplacement de congé maternité. Ici, il dure jusqu’à un an ! Le temps de vous faire une place et avec de la chance, d’ouvrir un poste pour vous à la fin du congé 😉

On peut très vite trouver un emploi et le perdre tout aussi vite.

La grosse différence avec la France, est qu’ici, on est dans un pays libéral. Avantage et inconvénient : le fait qu’on puisse virer sans trop de contraintes permet aux employeurs de laisser plus de chance à l’embaucheLe CDI ici n’existe pas. Et comme la mentalité est aussi différente, la critique est mal vue et la langue de bois est souvent appliquée. C’est comme ça qu’on peut être mis à pied sans se rendre compte qu’on était sur la sellette. Alors finalement, je n’ai jamais été virée, mais ce stress a été très dur à vivre pendant plus d’un an où j’ai vu les collègues de travail défiler.

Mais si les patrons peuvent virer du jour au lendemain, les employés peuvent aussi démissionner selon les mêmes conditions. Ce qui amène un turn-over du personnel assez impressionnant pour nous, petits Français habitués du CDI !

Ça fait maintenant 3 ans et demi que je travaille dans la même agence. Je n’ai connu qu’un emploi depuis que je suis à Montréal, que j’ai trouvé sans trop de difficultés.Je n’ai donc pas beaucoup d’expériences en terme de recherche d’emploi. Autour de moi, en communication, il est quand même courant qu’on cherche quelques mois avant de trouver un poste qui nous convienne, surtout à nos débuts.

montreal, canada

Les conditions de travail

Au Canada, votre salaire et vos responsabilités peuvent rapidement augmentés. Par contre, si vous souhaitez surtout profiter du V de PVT (Programme Vacances Travail), n’oubliez pas qu’ici la norme c’est 40h par semaine et 2 semaines de congés payés par an. Et oubliez les tickets resto.

Est-ce que je vais vivre le rêve canadien ?

Je sais que les médias français aiment vendre du rêve et faire croire que l’herbe est toujours plus verte ailleurs. Vous trouverez peut-être du travail plus facilement ici, peut-être plus intéressant, plus ambitieux, mieux payé. Et peut-être pas. Certains ont des belles histoires à raconter, mais beaucoup d’immigrés commencent par un travail mal payé, surtout quand on arrive avec un permis de travail temporaire.

Pour ma part, il est délicat de vous dire si l’herbe du bureau est plus verte en France ou au Canada, car je n’ai connu réellement que deux agences. Au niveau des avantages sociaux, j’ai 3 semaines de congés payés par an, et même si c’est une de plus que la plupart, je trouve toujours ça dérisoire. À contrario, ici, à 17h, tout le monde rentre chez soi. Et donc, chaque année, il faut choisir : voyager ou voir sa famille. Une semaine de plus pour couper l’hiver interminable* ne serait pas de trop !

*Aujourd’hui, le 09 mai 2017, on a pu voir des flocons de neige à Montréal, pendant que le reste du Québec subissait des inondations… Non, tout va bien, je n’ai pas envie de plage et de soleil.

PERMIS DE TRAVAIL TEMPORAIRE

Il est plus difficile de trouver un travail ou de négocier le salaire/conditions quand on arrive avec un permis de travail temporaire (PVT, JP etc.). C’est pour ça que beaucoup lancent leur résidence permanente au plus tôt, ce qui permet également de ne plus être rattaché à son employeur si c’était le cas.

montreal, canada

Une expérience enrichissante !

Pour résumer, je pense que vivre à l’étranger est une expérience unique qui vous apportera beaucoup de positif, alors bien sur que je vous encourage dans votre démarche ! À Montréal, il y a de très belles opportunités, notamment pour les jeunes à qui on fait vraiment confiance. Mais je voulais apporter une vision plus réaliste de ce qu’on entend à droite à gauche.

Le Canada est différent, mais je ne trouve pas que ce soit plus facile qu’en France. Rien n’est servi sur un plateau, il faut travailler constamment pour se faire une place et la garder. Mais je ne doute pas de votre réussite… Si vous avez lu jusqu’ici, c’est que vous êtes motivés ! Et c’est bien le plus important 🙂

Plus de partages d’expériences

N’hésitez pas à vous rendre sur pvtistes.netimmigrer.com ou expat.com pour retrouver encore plus de témoignages d’expériences d’expatriés/immigrés. Et si vous avez besoin de renseignements plus précis, notamment sur les démarches à effectuer, ce sont des mines d’or d’informations !

Si vous voulez en savoir plus sur mon expérience à Montréal en général, commencez par ici 🙂


À partager ou épingler sur Pinterest

Le travail en France VS Québec, est-ce si différent ? Quelles sont les conditions de travail ? Mon parcours de designer graphique à Montréal

Post a Comment

11 Comments
  • AuroreVoyage

    05/02/2019 at 09:16 Répondre

    On trouve déjà que 5 semaines minimum (+ souvent des RTT) c’est pas assez, mais je pense qu’on oublie souvent comment c’est ailleurs. Je pensais toutefois qu’au Canada, le nombre de congés était le même !
    Tes photos sont très belles 🙂

    • Laulinea13

      05/02/2019 at 09:51 Répondre

      Et non ! C’est quelque chose à prendre en compte… surtout quand on veut voyager et que tout est assez loin ! Partit un week-end et être dépaysé, c’est presque impossible ici. En contre partie, au quotidien, tout le monde finit à 17h (encore heureux)

  • Akmar Oselt

    19/11/2017 at 15:23 Répondre

    Salut, je penses aller vivre à Montréal pour travailler car je parle français, j’ai vue sur ce site qu’il y a plusieurs villes qui sont bonne pour les immigrants dont brossard qui est tout pret de Montreal, es ce que le coût des la vie est haut et es ce que c’est difficile d’y trouver un emploi? https://canada-immigration.info/top-10-meilleures-villes-canadiennes-pour-les-immigrants/

    Merci,

  • Wally

    23/07/2017 at 14:20 Répondre

    Je ramène ma fraise de maman d’expat ;), (ma fille vit à Montréal depuis 2013) on compte sur les doigts les fois ou elle est revenue en France, et j’y suis allée une fois pour le moment… elle aime tout là bas, même les 2 semaines de congés puisque c’est le « prix à payer » , mais parfois mon coeur de maman est tristoune…en effet on ne se programme pas de wend comme ça 🙂 , elle a obtenu sa résidence permanente il y a 1 mois, et je suis contente pour elle, vivre ses rêves et choisir sa vie ça veut dire être à sa place 🙂
    belle continuation à toi Laulinea

  • Xoliv

    15/05/2017 at 14:21 Répondre

    et quand tu était freelance en France tu trouvais comment tes clients ?

    • Laulinea13

      05/02/2019 at 14:27 Répondre

      Par contact. Des amis qui avaient trop de boulot, ou des amis qui travaillaient en agence, bouche à oreille 🙂

  • M

    12/05/2017 at 14:22 Répondre

    J’appuie Laulinea en disant qu’a Montréal tout le monde est beaucoup plus sur LinkedIn qu’en France, vraiment plus. Si vous faites un metier qui implique un ordinateur, c’est sur qu’il faut detailler votre page Linkedin et surtout il faut vous vendre. En france se vendre peut paraitre comme etre presompteux mais en Amerique du Nord, ca se fait!

    Merci Laulinea pour cet article tres detaillé! A tout a l’heure 😉

  • Aurore

    12/05/2017 at 12:23 Répondre

    Prépare-toi au 40h/semaine et aux 2 semaines de congés payés/an
    40h OK, mais 2 semaines ? Ici c’est 5 auxquelles on ajoute les RTT, et dans certaines branches comme la banque ça monte facile à 10+3 semaines !
    Choc !

    • Laulinea13

      05/02/2019 at 14:27 Répondre

      Et oui… C’est à prendre en considération, surtout quand on ne peut pas voir sa famille tous les week-ends. C’est LE gros point noir !

  • Super cet article! Je pars prochainement en PVT à Montréal, et je commençais à stresser un peu au niveau des perspectives d’emploi dans le domaine de la communication. Tu m’a reboostée un peu et même si je sais que ce ne sera pas donné sur un plateau, c’est plutôt encourageant de voir que là-bas, ils donnent leur chance aux jeunes! 🙂